FUÉGIENS DU JARDIN D'ACCLIMATATION

350,00 €
TTC

FUÉGIENS DU JARDIN ZOOLOGIQUE D'ACCLIMATATION                                                              

Quantité

  • Livraison rapide - France & International
Livraison rapide - France & International

FUÉGIENS DU JARDIN ZOOLOGIQUE D'ACCLIMATATION                                                              

Pierre Petit photographe ° 1881

FORMAT (cm) 13 x 8.5                                                                                                         

PAGINATION 12 photographies originales

Livret-souvenir du Jardin zoologique d'Acclimatation (Bois de Boulogne, Paris 1881).


Entre 1877 et 1937, des millions de Parisiens se rendirent à la lisière du bois de Boulogne, pour assister au spectacle exotique de Nubiens, Sénégalais, Kali’nas, Fuégiens, Kanaks, Lapons exposés devant le public parés de leurs attributs « authentiques » (lances, peaux de bêtes, pirogues, masques, bijoux…). On se pressait pour voir les « sauvages », des hommes, des femmes et des enfants souvent parqués derrière des grillages ou des barreaux, comme les animaux qui faisaient jusqu’alors la réputation du Jardin zoologique d’acclimatation.

"Tout le monde a entendu parler des sauvages qui sont actuellement pensionnaires du Jardin zoologique d'Acclimatation du Bois de Boulogne; beaucoup de gens sont allés les voir et ont bien fait, cars ils présentent à l'observateur un spectacle intéressant. Il sont là, couchés ou accroupis autour du feu allumé sous les arbres de la grande pelouse, immobiles pendant des heures entières, regardant d'un oeil atone la foule étonnée qui se presse aux grilles comme devant des animaux extraordinaires? Pensent-ils ? On ne saurait le dire. Parlent-ils ? Oui, ils parlent, si l'on peut appeler langage les sons gutturaux, les gloussements qu'à longs intervalles ils échangent entre eux. Ils sont là, insouciants, n'ayant plus pour agir la seule cause qui puisse les faire s'agiter, la faim; car ils sont repus. C'est un spectacle curieux mais attristant aussi. L'homme à ce point d'abrutissement n'est pas tout à fait un animal; mais ce n'est presque plus un homme." Paul Juillerat -"Les Fuégiens du Jardin d'Acclimatation"- La Nature, 1881 -